Millenium Park

Itinéraires


 Samedi 22 septembre 2018

Le rythme trépidant d’une arrivée dans un nouveau continent pays ne laisse pas forcément assez de temps pour faire du tourisme, accaparés que l’on est par les achats de base (vêtements, nourritures, meubles…) comme par les différentes formalités administratives (ou médicales si une petite fille décide en classe de tester l’élasticité de sa narine droite au moyen d’une perle verte de bon diamètre).

Bref, on peut enfin s’échapper de ce quotidien loin d’être ennuyeux pour aller visiter le Millenium Park, qui accueille régulièrement de grands événements et qui abrite le fameux Bean, cette sculpture géante en forme de haricot chromé (dit comme ça ce n’est guère vendeur, je l’avoue). Situé au coeur du Chicago urbain hérissé de gratte-ciels, il nous faut près de trois quarts d’heure de métro pour y arriver.

En attendant la Brown Line…
Léandre adore prendre le métro!

On en profite pour admirer le paysage et faire quelques clichés fugitifs…

Ombres et lumière

Enfin arrivés, on profite de la « vraie » ville et de ses rues écrasés par de massives constructions.

L’espace s’ouvre et on arrive enfin à destination… le parc!

Le Art Institute of Chicago… à visiter plus tard!

Arrivés dans le parc voisin, on profite du contraste entre un jardin « sauvage » (très à la mode ici, endroits où l’on laisse la nature et les plantes locales coloniser certaines parties) et la skyline impressionnante en arrière plan…

Là, on retrouve une piste de skate/roller (les mordus de la glisse pourront y venir!), quelques murs d’escalade, bref de quoi faire du sport en plein air! On grimpe quelques volées de marche pour se dégourdir les pattes…

Pour arriver dans le Millenium Park proprement dit, il faut emprunter un élégant pont argenté qui serpente au-dessus de la route…

On l’emprunte avec grand plaisir, pour se retrouver au milieu d’une sorte de fête des jeunesses de Chicago, mêlant les différentes formes d’arts pratiquées ici: mode, musique, danse, etc.

Structure majestueuse, la scène est au fond!

Sur la scène, on assistera à la présentation menée par un chanteur et un DJ, qui introduit une troupe des quartiers suds (les plus pauvres et mal famés de la ville), qui mêle de façon étonnante culture afro-américaine et ballet. Au début c’est un peu déconcertant, mais on se surprend à y rester un long moment!

Il est temps de se diriger vers la sortie, non sans avoir jeté un coup d’oeil à la fameuse sculpture du Bean… cette structure métallique d’Anish Kapoor (qui avait exposé à Versailles des oeuvres qui ont hérissé certains conservateurs il y a quelques mois) est en fait appelée Cloud Gate et est devenue en 12 années seulement un des symboles de la ville.

Evidemment, sa surface réfléchissante attire les touristes comme les badauds, et nous ne faisons pas exception à la règle!

Là on nous voit…
… mais sur celle-là c’est plus compliqué!

On trouve la sortie, avant que Claire ne se souvienne des « visages géants »… des quoi?

On trouve bien des « fontaines » gigantesques, mais quid des visages?

On comprend mieux désormais… c’est assez étrange, ils sont animés, sourient, ferment les yeux…

… et nous crachent dessus!

Il est vraiment temps de rentrer, on croise un vénérable building avec des escaliers de secours qu’on n’a pas envie de prendre…

… et des fresques décoratives colorées sous le pont du métro.

Allez, on file, il faut acheter des vêtements chauds et des couettes pour toute la marmaille, le déménagement de Doha a déjà 1 mois de retard!

Laisser un commentaire