7-10 avril: dans les collines de Citrusdal (Cederberg)

Chargement
Centrer
Circulation
A vélo
Transports
Google MapsItinéraires

Vendredi 7 avril 2017 – l’arrivée

Après 9h30 de vol (Qatar Airways, le plus court), on arrive enfin à l’aéroport de Capetown (ou Le Cap). Le temps de passer les formalités administratives, de prendre la voiture de location (qui est plus petite que prévue et donc très bien remplie), et c’est parti! Cap au nord vers le Cederberg, à presque 4 heures de route!

On croise la fameuse Table Mountain qui surplombe la ville du Cap, et c’est assez pour se familiariser avec la conduite à gauche (facile), le changement de vitesse de la main gauche aussi (plus compliqué) et l’inversion des commandes feux/essuie-glaces (nettement plus balèze!)…

A la sortie de la ville, on va vite prendre l’habitude de croiser les fameux « townships », ces bidonvilles peuplés quasiment exclusivement de noirs. L’apartheid est terminé, mais les conditions de vie des plus pauvres n’ont pas tellement changé…

Heureusement sur la route, nous avons une halte bienvenue. Nous sommes dans la région du Piketberg, lieu de nombreuses propriétés vinicoles. Une nous fait de l’oeil, malgré le temps qui presse, Org de Rac (vins biologiques).

On s’y arrête pour une dégustation bien agréable, et on repart avec quelques bricoles (un « champagne » local et un bon vin rouge, quelques confitures du coin, des condiments divers et variés). L’endroit est battu par les vents, sur une petit colline qui domine la plaine alentours, mais à l’intérieur on est bien…

On poursuit la route, il faut impérativement arriver tôt (avant 18h, quand la nuit se montre), la sécurité n’est plus la même passé le crépuscule. On passe rapidement dans la ville de Citrusdal, où effectivement l’ambiance est un peu sombre (mendiants, échanges de drogue devant la voiture, regards en coin). Bigre, on n’est pas très à l’aise! Un petit tout au Super Spar pour faire un brin de course, et on se dépêche avant d’arriver dans la maison que l’on a louée pour trois jours, l’Arborea Cottage, perdue au milieu d’une vallée.

On quitte la route, et on va pouvoir tester les capacités de 4×4 de notre magnifique carrosse… On va vite regretter notre voiture qatarienne!

On fait le chemin au bord des précipices dans une lumière magnifique, un premier aperçu gourmand de ce qui nous attend!

La maison est très bien, très rustique (pas de lumière, pas de prise électrique à part pour le frigo antique), mais c’est que qui nous fallait pour couper du monde pendant ces trois jours.

Samedi 8 avril 2017 – journée détente

On se réveille tranquillement, aujourd’hui on profite… petite promenade, lecture(s) le matin…

Puis on file un peu plus loin, au restaurant Hebron qui est un de ceux qui sont ouverts… et chaudement recommandés.

Et là on n’est pas déçus, c’est très simple, très frais, très équilibré… on s’en régale!

On a même des petits oiseaux qui viennent nous observer.

L’estomac raisonnablement lesté, on rentre à la maison… on enchaîne par une petite balade au milieu des citronniers, qui tapissent par milliers la vallée (le propriétaire de la maison est un fermier qui possède le coin, qui passe avec ses employés pour vérifier que les babouins ne ravagent pas la plantation).

Il y a là différentes sortes de citrons, verts, jaunes, gros, fripés, lourds… on s’en fait une provision pour des desserts ce soir!

Mais au loin l’orage gronde, il est temps de rentrer. La vallée voisine grogne et résonne, on hâte le pas pour éviter l’averse avec nos bébés…

On est arrivés à temps, on va pouvoir profiter de notre maison obscure et de son électroménager antédiluvien pour se préparer de délicieuses mousses de citrons. On s’ouvre une « ginger beer » artisanale achetée le matin même dans une ferme (ça décape et ça mousse!). L’orage est passé, mais la pleine lune empêche toute belle photo de nuit… dommage, ce ne sont pas les mêmes étoiles que chez nous, hémisphère sud oblige…


Dimanche 9 avril 2017 – dernière journée dans le Cederberg

Cette fois-ci, on reste dans notre havre de paix… En effet, tout est fermé d’une part, et d’autre part la route pour quitter la vallée (40 min) est vraiment pénible et on craint toujours que notre berline ne nous lâche!

On repart pour une petite promenade tranquille, alors que la nuit tombe… Loulou est ravie!

On se fait des crêpes dans le noir (pas facile), avec une poêle en fonte qui pèse une tonne, mais au final on a ce que l’on cherchait. Avec du miel de citron local, de la crème de citron maison, c’est parfait!

Lundi 10 avril 2017 – en route vers l’est

Au réveil, on retrouve une copine qui s’était cachée pendant quelques jours… ouf, on s’inquiétait!

C’est passé trop vite… il est temps de partir… direction la petite bourgade de MacGregor, où nous avons loué une maison. On passe par des montagnes, par le village de Cérès, normalement ce sera pas mal!